23 , -  




FAQ







-




















Eurasian Movement (English)



.. " "" -


.. " "

>>
>>
>>
>>
>>
>>
>>
(.) | mp3
.

(- mp3, . 1 )
:
- -
- -

--
[ ]
[ ]
[ -]
[ ]
[ ]
- [ ]
[ ]
[ ]
? []
[ ]
.. >>
>>
>>
>>
>>
" "
, 125375, , , 7, 4, 605, (. )
:
+7(495) 926-68-11
- , , , , CD, DVD, VHS , , "" .
E-mail:
  • " "
    -:
    +7(495) 926-68-11
  • - " "
  • . ()

  • [ ]

  • .
    : 117216, / 9, ..

    " "




  •    width=

      width=

    - width=
    Rambler's Top100



    ..

    -
    evrazia - lj-community
    -
    -




    (VIII )

    ( )

    ( )

    ( )

    . @Mail.ru
    Les Textes | Douguine | LEURASIE SE FERA | 06.07.2002 
    Archivio de EURASIA the site of Martino Conserva (translations, publications) original text

    Aleksandr Dugin

    LEURASIE SE FERA
    et se fait déjà

    A la veille de la visite du Président des Etats-Unis en Russie, il est arrivé un événement majeur dans le domaine international, passé quelque peu inaperçu avant le sommet intercontinental. La majorité des médias a à peine parlé du passage du présent système de coordination dans le cadre du Pacte sur la Sécurité Collective, dans le cadre de lorganisation régionale internationale de la CEI : lOrganisation du Pacte sur la Sécurité Collective. En réalité, la valeur de cette avancée peut difficilement être surestimée. Assez curieusement, aucune étude analytique sérieuse sur ce sujet na suivi dans la grande presse russe.

    Quel est laspect géopolitique de la question ? Pour évaluer clairement la signification de cette décision, nous devons dire quelque chose concernant les solutions précédentes de la question.

    Dun point de vue géopolitique, depuis la fin des années 80, a commencé la déconstruction graduelle du potentiel stratégique du pôle terrestre, lespace stratégique eurasien, fixé à cette époque à lintérieur du cadre du Pacte de Varsovie. Si, au sens idéologique, le Pacte de Varsovie était conçu comme une union de pays ayant une économie socialiste et une philosophie marxiste, dans une perspective géopolitique il était une forme de la construction stratégique terrestre continentale, sopposant à latlantisme qui en ces années sidentifiait aux pays de régime capitaliste. Remarquons tout de suite que ce schéma idéologique a pleinement hérité du rapport de forces géopolitique précédent, pré-révolutionnaire, quand la question ne concernait pas la confrontation entre des camps idéologiques, mais plutôt les zones dinfluence des principaux Etats européens. Avant lURSS, la même fonction stratégique eurasienne était assumée par la Russie impériale.

    LUnion Soviétique rompit brutalement ses liens idéologiques avec le passé, avec le tsarisme , mais géopolitiquement, comme si rien ne sétait passé, elle hérita de la même fonction stratégique. Les lois de la géopolitique se révèlent plus fondamentales que les lois de la philosophie.

    La crise du marxisme en URSS et dans les pays dEurope de lEst entraîna aussi la dissolution du Pacte de Varsovie. Cependant, aucune réponse symétrique ne suivit de la part des pays de lOTAN, qui intégra ces sociétés dans léconomie capitaliste. De plus, lespace stratégique libéré commença peu à peu à être rempli par linfluence atlantiste : les pays européens de lEst commencèrent à rivaliser pour adhérer à lOTAN. Géopolitiquement cela signifie quils commencèrent à séloigner de leurasisme, et à être attirés dans lorbite de latlantisme. Et il ne pouvait pas en être autrement, car les systèmes géopolitiques sont reliés entre eux comme des vases communiquants quand leurasisme décroît, latlantisme croît, et vice-versa.

    La phase suivante de lauto-dissolution concerna lURSS elle-même. Politiquement et idéologiquement, cela fut accompli assez radicalement, mais dans son aspect stratégique une telle action brutale était simplement impossible. Par conséquent, le système du Quartier Général intégré des armées des pays de la CEI [Communauté des Etats Indépendants] fut conservé comme héritage stratégique, comme centre de coordination de direction commune pour les forces armées des pays nouvellement constitués. Fondamentalement, tout comme la CEI, cette structure militaire fut initialement pensée comme un instrument pour réaliser un divorce graduel et civilisé .

    Cependant avec le temps, ce facteur stratégique, non moins que léconomie, les coutumes et même les raisons politiques précises, remit la géopolitique au programme. Il apparut que lunité stratégique des puissances eurasiennes que sont indubitablement tous les pays membres de la CEI est plus profonde que la forme politique externe de lhistoire de la période soviétique ou de lEmpire russe.

    Les peuples des anciennes républiques surs et leurs élites politiques et économiques commencèrent de plus en plus à reconnaître la communauté dintérêt comme étant une communauté de destin (Gasprinsky). Ainsi, à la place de linstrument de divorce civilisé , la CEI commença peu à peu à être pensée comme quelque chose de différent : comme une phase dun nouveau processus, le processus de lintégration eurasiste. Il faut ici reconnaître le mérite du Président du Kazakhstan Nursultan Nazerbaiev, qui le premier commença à parler de lUnion Eurasienne.A ce propos, en 1994 un projet similaire, avec seulement un nom différent, fut proposé aussi par le Président de lOuzbékistan Islam Karimov, qui cependant commença plus tard à faire preuve dune attitude jalouse envers linitiative de Nazerbaiev et commença à critiquer l eurasisme . Mais ce qui compte nest pas tant le nom que lessence du phénomène : la conscience géopolitique des dirigeants des pays de la CEI, à un certain moment quelque part au milieu des années 90 , sous la pression du cours objectif du développement mondial, commença à prêter de plus en plus attention à la nécessité de stopper le processus de dissolution stratégique de lespace eurasien.

    Pendant les années de mandat du Président Eltsine, linitiative dune nouvelle vague dintégration stratégique eurasienne ne reçut aucun appui particulier dans la Fédération Russe. Le Kremlin ne sy opposa pas ouvertement, mais la considéra plutôt froidement. Dune part, contribua à cela le mythe économique, activement répandu par les jeunes réformateurs , selon lesquels tout rapprochement de la Russie avec les pays de la CEI nétait pas économiquement viable ; dautre part, lalignement insouciant sur lOccident généra un sentiment de scepticisme et dirritation envers les anciennes républiques surs. Le nationalisme et loccidentalisme se rejoignirent sur cette question. En outre, la fièvre anticommuniste fit que toutes les initiatives dintégration furent identifiées à une revanche communiste .

    Cest seulement à la fin de la période Eltsine et particulièrement avec larrivée au pouvoir de Vladimir Poutine que la situation changea concernant ce problème. Grâce à une solide formation géopolitique, testée dans la pratique, le nouveau Président ne pouvait pas cultiver de manière inertielle des mythes passéistes irresponsables. Peu à peu, dans la Fédération Russe la pensée stratégique et une vision géopolitique de la situation mondiale commencèrent à renaître. Avec Poutine, le passage du divorce civilisé à la nouvelle intégration commença.

    Des avancées concrètes importantes suivirent ensuite. Dabord : associer en une union douanière cinq pays de la CEI la Russie, la Bélarus [ou Biélorussie], le Kazakhstan, la Kirghizie, le Tadjikistan. Lhistoire montre que la réalisation dune union douanière est le premier pas économique sur la voie dune intégration politique ultérieure. Le premier théoricien de lunion douanière (Zollverein) fut Friedrich List, léconomiste allemand qui recommanda le concept de lintégration des états allemands, ce qui fut plus tard brillamment réalisé en pratique. Un modèle similaire fut aussi suivi avec létablissement de lUnion Européenne, qui commença par des mesures dintégration douanière.

    Après le développement de l union douanière , la phase suivante de lintégration économique fut de construire lEvraAzES : l Association Economique Eurasienne fut un pas de plus vers la réalisation dune Union Eurasienne conséquente, étendant le modèle de lintégration douanière au niveau dun plus large partenariat économique. Dun point de vue géopolitique, cela montra la volonté de faire revivre le pôle eurasien, contre lequel le combat est vu comme la question prioritaire par les stratèges atlantistes comme Zbigniew Brzeszinski, qui décrit dans son livre The Grand Chessboard [Le Grand Echiquier] le scénario dune dissolution future des pays de la CEI, et particulièrement de la Russie, comme le scénario optimal (pour lOccident, plus exactement pour les Etats-Unis). Lélite politique des pays de la CEI, reconnaissant la nécessité dune nouvelle intégration, trouva chez Poutine un point dappui, un foyer géopolitique.

    En dépit des dynamiques et des paradoxes de la conjonction de la politique étrangère, le processus de lintégration eurasienne sest graduellement accéléré durant les dernières années. Et la décision de construire l Organisation du Pacte sur la Sécurité Collective doit être perçue selon cette perspective.

    Après les accords économiques vinrent les accords militaires et stratégiques. En déclarant être prêt à construire une économie eurasienne intégrée sous la forme de lEvraAzES qui a été récemment rejointe par Kiev [lUkraine] et Kichinev [la Moldavie], bien quavec le statut dobservateurs les chefs dEtats appelant à une nouvelle intégration eurasienne ont déclaré leur décision de construire un système de sécurité commun. Il est nécessaire de souligner la différence fondamentale entre cette nouvelle organisation inter-régionale et le système de coordination déjà existant, associant les forces armées des pays membres de la CEI : dans les faits, les instruments administratifs existant inertiellement et conçus pour une séparation douce et graduelle changent maintenant radicalement de signification. A partir de maintenant, nous entrons dans une époque de nouvelle reconnaissance stratégique dobjectifs communs, de menaces communes et de défis communs, qui transforme les participants de lEvraAzES en éléments dun espace stratégique eurasien unifié, nouvellement organisé en unité géopolitique.

    Certainement, la forme actuelle de l Organisation du Pacte sur la Sécurité Collective ne peut soutenir aucune comparaison ni avec le Pacte de Varsovie, ni même avec les forces armées de lURSS. Pourtant la ligne géopolitique de cette entreprise est extrêmement importante. Si des efforts organisés et persévérants sont faits dans cette direction, le statut stratégique de lEurasie peut saccroître sérieusement. Certainement, nous ne devons pas nourrir trop doptimisme : le potentiel militaire additionné des pays du Pacte est absolument insuffisant pour rivaliser avec la puissante OTAN. Mais alors à nouveau, il ne sassigne pas une telle tâche. Ce qui est important, cest seulement de consolider par des avancées concrètes la volonté géopolitique de favoriser une renaissance, dexprimer une détermination à renforcer et à défendre une souveraineté stratégique. Cest déjà beaucoup en soi.

    Une chose de plus à dire. Sur le programme, il y a la question dun système commun de Sécurité Eurasienne . Ce sujet excède largement léchelle de lactuel Pacte et léchelle de tous les pays de la CEI. La Sécurité Eurasienne dans les conditions planétaires daujourdhui suppose de la part de la Russie un système flexible dalliances et daccords avec les forces les plus diverses de lOccident et de lOrient. LUnion Européenne et le
    Japon peuvent être considérés comme les limites continentales de lintégration stratégique eurasienne. Les pays dAsie lIran, lInde, la Chine tombent déjà naturellement au nombre des proches associés. Et lélargissement des participants à l Organisation du Pacte sur la Sécurité Collective , cest-à-dire aux autres pays de la CEI, à certains Etats dEurope de lEst et à la Mongolie, représente dans son ensemble une question pressante.

    Personne ne dit que lintégration européenne soit quelque chose de simple et de facile. Construire et créer est toujours plus difficile quabîmer et détruire. Et cependant on doit admettre que les éditions stratégiques précédentes de la géopolitique eurasienne ont en échange de tous leurs avantages un énorme désavantage : elles ont échoué, elles se sont révélées éphémères, elles nont pas été à la hauteur de la tâche historique dune intégration géopolitique fiable du continent. Cela apparaît clairement dans la limitation de la philosophie soviétique, et aussi dans lévidente insuffisance dimensionnelle géopolitique du bloc eurasien dans sa configuration précédente certains géopoliticiens européens (en particulier Jean Thiriart et Jordis von Lohausen) avaient prévu depuis longtemps que le Pacte de Varsovie, à lintérieur des limites qui étaient les siennes, était historiquement condamné.

    La seule voie de salut pour lURSS (et auparavant pour lEmpire russe) aurait été la neutralisation géopolitique de lEurope (et du Japon) et un accès aux mers chaudes vers le sud cest seulement dans ce cas que le pôle atlantique aurait été plus ou moins dominé. Mais cela fut handicapé par la philosophie quelle soit marxiste dans le cas de lURSS, ou colonialiste-tsariste dans le cas de lEmpire russe. A un moment il aurait été nécessaire de sacrifier soit la superstructure idéologique, soit la géopolitique. Hélas, au XXè siècle, lélite politique russe (ou soviétique) ne voulut pas sacrifier sa philosophie. Nous avons payé le prix pour cela. Mais nous navons pas le droit de répéter leurs erreurs.

    Rossiskaïa Gazeta, 4 juillet 2002, N 120 (2988) ; http://www.rg.ru/
    Traduit du russe par M. Conserva
    Version française par F.Destrebecq


    : - , Russia.ru


    : , Georgia Times


    - -. , russia.ru


    . " ",


    . Russia.Ru


    : . GeorgiaTimes.TV


    . "-"


    vs.: .


    : . Russia.Ru


    4 : . " 24"

    :
    -
    ()

    (-)

    (-)

    ()
    -
    (-)

    ( )

    ()

    ( )

    ()

    ()
    ...