20 , -  




FAQ







-




















Eurasian Movement (English)



.. " "" -


.. " "

>>
>>
>>
>>
>>
>>
>>
(.) | mp3
.

(- mp3, . 1 )
:
- -
- -

--
[ ]
[ ]
[ -]
[ ]
[ ]
- [ ]
[ ]
[ ]
? []
[ ]
.. >>
>>
>>
>>
>>
" "
, 125375, , , 7, 4, 605, (. )
:
+7(495) 926-68-11
- , , , , CD, DVD, VHS , , "" .
E-mail:
  • " "
    -:
    +7(495) 926-68-11
  • - " "
  • . ()

  • [ ]

  • .
    : 117216, / 9, ..

    " "




  •    width=

      width=

    - width=
    Rambler's Top100



    ..

    -
    evrazia - lj-community
    -
    -




    (VIII )

    ( )

    ( )

    ( )

    . @Mail.ru
    Textes | Douguine | Politique eurasiste | 2001 
    Archivio de EURASIA a cura di Martino Conserva original text

    Alexandre Dugin

    PRINCIPAUX PRINCIPES DE LA POLITIQUE EURASISTE

    1. Trois modèles (soviétique, pro-occidental, eurasiste)


    Dans la Russie moderne existent trois modèles basiques de stratégie dEtat, en conflits réciproques, dans le domaine de la politique étrangère ainsi que dans le domaine de la politique domestique. Ces trois modèles forment le système moderne de coordonnées politiques à lintérieur duquel toute décision politique du gouvernement russe, toute avancée internationale, tout problème social sérieux, politique ou juridique, est décomposé.

    Le premier modèle représente le cliché inertiel de la période soviétique (principalement de la fin de la période soviétique). Il a quelque peu pris racine dans la psychologie de certains systèmes russes de direction, souvent inconsciemment, les poussant à adopter telle ou telle décision sur la base des précédentes. Ce modèle est soutenu par largument pertinent : ça a déjà marché, ça marchera encore maintenant . Il ne concerne pas seulement ces dirigeants politiques qui exploitent consciemment le complexe nostalgique des citoyens russes. Le modèle de référence soviétique est beaucoup plus étendu et plus profond que les structures du KPFR [Parti Communiste de la Fédération Russe], qui se trouve maintenant en marge du pouvoir exécutif, loin des centres de décision. Partout des politiciens et des officiels, ne sidentifiant en aucune manière avec le communisme, sont guidés par lui. Cest un effet de léducation, de lexpérience de la vie, de la formation. Pour comprendre la substance du processus en cours dans la politique russe, il est nécessaire dadmettre ce soviétisme inconscient .

    Le second modèle est le modèle libéral-démocrate, le modèle pro-américain. Il a commencé à prendre forme avec le début de la perestroïka et est devenu une sorte didéologie dominante dans la première moitié des années 90. En règle générale, les dénommés libéraux-réformateurs et les forces politiques proches deux sidentifient avec lui. Ce modèle est basé sur le choix dun système de lecture du dispositif socio-politique américain, de sa copie sur le sol russe et sur le fait de suivre les intérêts nationaux des Etats-Unis pour les questions internationales. Un tel modèle a lavantage de pouvoir sappuyer sur le très réel présent étranger , ainsi que de sopposer au passé domestique virtuel autour duquel gravite le premier modèle. Là aussi largument est plutôt simple : ça a marché pour eux, ça marchera pour nous aussi . Ici il est important de souligner que nous ne parlons pas simplement de lexpérience étrangère , mais de lorientation vis-à-vis des Etats-Unis ainsi quenvers le chef de file du monde capitaliste occidental triomphant.

    Ces deux modèles (ainsi que leurs multiples variantes) sont largement diffusés dans la politique russe. Depuis la fin des années 80, tous les conflits entre visions-du-monde, toutes les discussions et luttes politiques fondamentales se passent entre les représentants de ces deux visions.

    Le troisième modèle est beaucoup moins connu. Il peut être défini comme eurasiste . Ici nous avons affaire à des opérations beaucoup plus complexes que la simple copie des expériences soviétiques ou américaines. Ce modèle se réfère à la fois au passé domestique et au présent étranger, en termes de différenciation : il sinspire en partie de notre histoire politique, en partie de la réalité des sociétés modernes. Le modèle eurasiste reconnaît que la Russie (en tant quEtat, en tant que peuple, en tant que culture) est une valeur de civilisation autonome, quelle doit sauver son unicité, son indépendance et sa puissance dans ce quelle est devenue, ayant mis au service de cet objectif toute doctrine, tout système, mécanisme ou toute technique politique qui puisse aider à cela. Leurasisme, de cette manière, est un pragmatisme patriotique original, libéré de tout dogmatisme, quil soit soviétique ou libéral. Mais en même temps, la largeur et la flexibilité de lapproche eurasiste nempêchent pas cette théorie dêtre conceptuellement systématique, possédant toutes les marques dune vision-du-monde organique, conséquente, avec une consistance interne.

    Alors que les deux anciens modèles orthodoxes montrent leur inaptitude, leurasisme devient de plus en plus populaire. Le modèle soviétique opère avec des réalités politiques, économiques et sociales obsolètes, il exploite la nostalgie et linertie, il manque dune analyse sobre de la nouvelle situation internationale et du développement réel des tendances de léconomie mondiale. Le modèle libéral pro-américain, à son tour, ne peut pas être appliqué en Russie, par définition, étant une partie organique dune autre civilisation, étrangère à la Russie. Cela est bien compris en Occident aussi, où personne ne dissimule sa préférence de voir non une Russie prospère et saine, mais au contraire une Russie affaiblie, perdue dans labysse du chaos et de la corruption.

    Par conséquent aujourdhui le modèle eurasiste devient le plus pressant, le plus demandé par la société.

    Nous devons donc lexaminer de plus près.


    2. Leurasisme et la politique étrangère russe


    Formulons les principes politiques de base de leurasisme russe moderne.

    Nous commencerons par la politique étrangère.

    Comme dans chaque domaine politique, en politique étrangère aussi leurasisme propose de suivre une troisième voie ni soviétisme, ni américanisme. Cela signifie que la politique étrangère russe ne doit pas directement reconstruire le profil diplomatique de la période soviétique (opposition rigide à lOccident, restauration dun partenariat stratégique avec les Etats voyous : Corée du Nord, Irak, Cuba, etc.) et quen même temps elle ne doit pas suivre aveuglément les avis des Américains. Leurasisme propose sa propre doctrine de politique étrangère. Son essence peut être résumée comme suit :

    La Russie contemporaine ne pourra être sauvée en tant que réalité politique autonome et indépendante, en tant que sujet de valeur de la politique internationale, que dans les conditions dun monde multipolaire. Consentir à un monde unipolaire américano-centré est impossible pour la Russie, car dans un tel monde elle ne pourrait être que lun des objets de la mondialisation, perdant inévitablement son indépendance et son originalité. Lopposition à la mondialisation unipolaire, laffirmation du modèle multipolaire est limpératif majeur de la politique étrangère de la Russie contemporaine. Cette condition ne doit être mise en doute par aucune force politique : et de cela il sensuit quà lintérieur de la Russie les propagandistes de la mondialisation américano-centrée doivent être (au moins moralement) délégitimisés. La construction du monde multipolaire (vitale pour la Russie) est réalisable seulement par un système dalliances stratégiques. La Russie seule ne peut pas faire face à ce problème, ne disposant pas de ressources suffisantes pour une autarcie complète. Par conséquent son succès dépend à de nombreux égards de la compétence et de lactivité de sa politique étrangère.

    Dans le monde moderne, il y a quelques sujets géopolitiques qui, du fait de raisons historiques et civilisationnelles, sont aussi vitalement intéressés à la multipolarité. Dans la situation qui prend forme actuellement, ces sujets représentent les partenaires naturels de la Russie.

    Ils sont divisés en plusieurs catégories :

    La première catégorie : de puissantes formations régionales (pays ou groupes de pays), dont les relations avec la Russie peuvent être commodément exprimées par le terme de complémentarité . Cela signifie que ces pays possèdent quelque chose de vital pour la Russie, pendant que la Russie possède quelque chose dextrêmement indispensable pour eux. En conséquence, de tels échanges stratégiques de potentiels renforcent les deux sujets géopolitiques. A cette catégorie (complémentarité symétrique) appartiennent lUnion Européenne, le Japon, lIran, lInde. Toutes ces formations géopolitiques peuvent très raisonnablement prétendre à un rôle de sujets autonomes dans les conditions de la multipolarité, alors que laméricano-centrisme les prive de cette possibilité, les réduisant à de simples objets. Comme la nouvelle Russie ne peut pas être présentée comme un ennemi idéologique (ce qui avait fourni aux Etats-Unis leur meilleur argument pour attirer lEurope et le Japon dans leur orbite, et avait conduit lURSS à être classée avec lIran islamique pendant la période de la guerre froide ), limpératif de la subordination complète de ces pays à la géopolitique américaine nest pratiquement plus justifié par quoi que ce soit (exceptée linertie politique). Les contradictions entre les Etats-Unis et les puissances réciproquement complémentaires avec la Russie vont donc continuer à saggraver.

    Si la Russie se montre active et justifie la tendance multipolaire avec son potentiel, trouvant pour chacune de ces formations géopolitiques les arguments justes et les conditions différenciées pour une alliance stratégique, le club des supporters de la multipolarité peut devenir suffisamment puissant et influent pour accomplir efficacement la réalisation de son propre projet de futur système mondial.

    A chacune de ces puissances, la Russie a quelque chose à offrir ressources, potentiel stratégique darmements, poids politique. En échange le Russie recevra, dune part une aide économique et technologique de lUnion Européenne et du Japon, dautre part un partenariat politico-stratégique au Sud, avec lIran et lInde.

    Leurasisme conceptualise une telle ligne de politique étrangère et la justifie par la méthodologie scientifique de la géopolitique.

    La seconde catégorie : les formations géopolitiques intéressées par la multipolarité, mais pas symétriquement complémentaires avec la Russie. Ce sont la Chine, le Pakistan, les pays arabes. Les politiques traditionnelles de ces sujets géopolitiques ont un caractère intermédiaire, mais un partenariat stratégique avec la Russie nest pas leur priorité majeure. De plus, lalliance eurasiste de la Russie avec les pays de la première catégorie renforce les rivaux traditionnels des pays de la seconde catégorie, au niveau régional. Par exemple, le Pakistan, lArabie Saoudite et lEgypte ont de sérieuses contradictions avec lIran, de même que la Chine avec le Japon et lInde. A une plus large échelle, les relations de la Russie avec la Chine représentent un cas particulier, compliqué par des problèmes démographiques, par lintérêt renouvelé de la Chine pour les territoires à peine peuplés de la Sibérie, et aussi par labsence en Chine dun potentiel technologique et financier sérieux, capable de résoudre positivement le problème, majeur pour la Russie, de lassimilation technologique de la Sibérie.

    Tous les pays de la seconde catégorie sont placés devant la nécessité de manuvrer entre lunipolarité américano-centrée (qui ne promet rien de bon pour eux) et leurasisme.

    A légard des pays de cette catégorie, la Russie doit agir avec la plus grande prudence : ne pas les inclure dans le projet eurasiste, mais en même temps viser à neutraliser autant que possible le potentiel négatif de leur réaction et contrer activement leur inclusion active dans le processus de mondialisation unipolaire (pour lequel il y a suffisamment de raisons).

    La troisième catégorie représente les pays du Tiers-Monde qui ne possèdent pas suffisamment de potentiel géopolitique pour prétendre même au statut de sujets limités. Concernant ces pays la Russie doit suivre des politiques différenciées, contribuant à leur intégration géopolitique dans des zones de prospérité commune , sous le contrôle des puissants partenaires de la Russie à lintérieur du bloc eurasiste. Cela signifie que dans la zone du Pacifique il est pertinent pour la Russie de favoriser le renforcement de la présence japonaise. En Asie il est nécessaire dencourager les ambitions géopolitiques de lInde et de lIran. Il est également nécessaire de contribuer à élargir linfluence de lUnion Européenne dans le monde arabe et dans toute lAfrique. Les mêmes Etats qui sont inclus dans lorbite traditionnelle de linfluence russe doivent naturellement y rester ou y être réintégrés. La politique dintégration des pays de la CEI [Communauté des Etats Indépendants] dans lUnion Eurasienne est dirigée dans ce sens.

    La quatrième catégorie : les Etats-Unis et les pays du continent américain se trouvant sous contrôle des Etats-Unis. La politique eurasiste internationale de la Russie doit être orientée pour montrer par tous les moyens aux Etats-Unis linconsistance dun monde unipolaire, le caractère conflictuel et lirresponsabilité de tout le processus de mondialisation américano-centrée. Sopposant fermement et activement à une telle mondialisation (utilisant dans ce but, en premier lieu, linstrument de lalliance eurasiste), la Russie doit au contraire soutenir la tendance isolationniste aux Etats-Unis, saluant favorablement la limitation des intérêts géopolitiques des Etats-Unis au continent américain. Les Etats-Unis, en tant que plus forte puissance régionale, dont la zone dintérêt stratégique est située entre lAtlantique et lOcéan Pacifique, peut même devenir un partenaire stratégique pour une Russie eurasiste. De plus, une telle Amérique sera extrêmement désirable pour la Russie, car elle limitera lEurope, la région Pacifique, et aussi le monde islamique et la Chine, au cas où leurs aspirations devraient suivre une voie de mondialisation unipolaire sur la base de leur propre système géopolitique. Et si la mondialisation unipolaire devait rester en vigueur, cest lintérêt de la Russie de renforcer la tendance anti-américaine en Amérique du Sud et en Amérique Centrale, utilisant cependant une vision-du-monde et une formule politique beaucoup plus flexible et beaucoup plus large que le marxisme. La politique de travail prioritaire avec les milieux politiques anti-américains au Canada et au Mexique va dans le même sens. Il est aussi possible dutiliser pour cela lactivité de lobbying des diasporas eurasiennes aux Etats-Unis.


    3. Leurasisme et la politique intérieure


    Leurasisme en politique intérieure signifie suivre quelques directions principales.

    Lintégration des pays de la CEI dans une Union Eurasienne unie est limpératif stratégique majeur de leurasisme. Le volume stratégique minimal indispensable pour commencer une activité internationale sérieuse en vue de la création dun monde multipolaire nest pas la Fédération Russe, mais la CEI prise comme une seule formation stratégique, unie par une seule volonté et par un seul but de civilisation commune.

    Le système politique de lUnion Eurasienne est fondé, de la manière la plus logique, sur la démocratie de participation (la demotia des eurasistes classiques), laccent étant mis non sur laspect quantitatif de la participation, mais sur laspect qualitatif. Lautorité représentative doit refléter la structure qualitative de la société eurasienne, au lieu des indications statistiques quantitatives moyennes, basées sur lefficacité des shows pré-électoraux. Une attention particulière doit être donnée à la représentation des ethnies et des confessions religieuses. La démocratie de participation doit être organiquement intégrée avec une fraction déterminée de responsabilité individuelle exprimée autant que possible dans les domaines stratégiques. Le Dirigeant Suprême de lUnion Eurasienne doit concentrer la volonté commune pour la réalisation de la puissance et de la prospérité de lEtat.

    Le principe de limpératif social doit être combiné avec le principe de liberté personnelle dans une proportion différant essentiellement autant des recettes libérales-démocrates, que du collectivisme impersonnel des marxistes. Leurasisme suppose ici la préservation dun équilibre déterminé, avec un rôle significatif du facteur public.

    En général, le développement actif du principe social est un trait constant de lhistoire eurasienne. Cela apparaît dans notre psychologie, dans notre éthique, dans notre religion. Mais en opposition avec les modèles marxistes, le principe social doit être affirmé comme quelque chose de qualitatif, de différencié, lié aux données concrètes nationales, psychologiques, culturelles et religieuses. Le principe social ne doit pas étouffer, mais renforcer le principe privé, lui donnant un fondement qualitatif. La compréhension qualitative du facteur social permet précisément de définir la règle dor entre lhyper-individualisme de lOccident bourgeois et lhyper-collectivisme de lEst socialiste.

    Dans le système administratif, leurasisme insiste sur le modèle du fédéralisme eurasiste . Cela suppose de choisir comme catégorie de base, pour construire la Fédération, non pas les territoires, mais les ethnies. Ayant séparé le principe de lautonomie ethno-culturelle du principe territorial, le fédéralisme eurasiste liquidera pour toujours les raisons mêmes du séparatisme. Ainsi en compensation les peuples de lUnion Eurasienne recevront la possibilité du développement maximal de lindépendance ethnique, religieuse, et même, dans certains cas précis, juridique. Dans le fédéralisme eurasiste, lindubitable unité stratégique saccompagne de la pluralité ethnique, de laccent mis sur lélément juridique du droit des peuples .

    Le contrôle stratégique de lespace de lUnion Eurasienne sera assuré par lunité de direction et par les districts stratégiques fédéraux, dans la composition desquels pourront entrer diverses formations de la formation ethno-culturelle à la formation territoriale. La différenciation immédiate des territoires en plusieurs niveaux ajoutera de la flexibilité, de ladaptabilité et de la pluralité au système de direction administratif, combiné avec un centralisme strict dans le domaine stratégique.

    La société eurasienne doit être fondée sur le principe dune morale régénérée possédant à la fois des traits communs et des formes concrètes liés à la spécificité du contexte ethno- confessionnel. Les principes de simplicité, de pureté, de retenue, de respect des règles, de responsabilité, de vie saine, de justice et de sincérité sont communs à toutes les traditions religieuses traditionnelles de lEurasie. Ces indéniables valeurs morales doivent recevoir le statut de normes dEtat. Les vices sociaux scandaleux, la violation impudente et publique des fondations morales doivent être impitoyablement éradiqués.

    Les forces armées de lEurasie et le pouvoir des ministères et des services doivent être considérés comme le squelette stratégique de la civilisation. Le rôle social des militaires doit saccroître, il est nécessaire de restaurer leur prestige et le respect du public.

    Sur le plan démographique, il est indispensable de réaliser la prolifération de la population eurasienne , de lencourager moralement, matériellement et psychologiquement à avoir beaucoup denfants, et den faire le modèle social eurasien.

    Dans le domaine de léducation il est nécessaire de renforcer léducation morale et scientifique de la jeunesse, dans un esprit de fidélité aux racines historiques, de loyauté à lidée eurasiste, de responsabilité, de virilité, dactivité créatrice.

    Lactivité du secteur de linformation de la société eurasiste doit être basée sur la stricte observance des priorités de civilisation en portant la lumière sur les événements intérieurs et extérieurs. Les principes de formation et déducation intellectuelle et morale doivent être mis au-dessus des principes de divertissement ou de bénéfice commercial. Le principe de liberté de parole doit être combiné avec limpératif de responsabilité pour les paroles librement exprimées.

    Leurasisme suppose la création dune société mobilisée, où les principes de création et doptimisme social doivent être les règles de la vie humaine. La vision-du-monde doit dévoiler les possibilités potentielles de lhomme, permettant à chacun triomphant (à lintérieur et à lextérieur de soi) de linertie et de la limitation dexprimer sa personnalité unique au service de la société. A la base de lapproche eurasiste de la question sociale se trouve le principe dun équilibre entre public et privé. Léquilibre est défini par la logique suivante : tout domaine lié à la sphère stratégique (complexe militaro-industriel, éducation, sécurité, paix, santé morale et physique de la nation, démographie, croissance économique, etc.) est contrôlé par lEtat. La petite et moyenne production, le domaine des services, lintimité personnelle, lindustrie du divertissement, le domaine des loisirs, etc., sont contrôlés non par lEtat mais au contraire par linitiative personnelle et privée (excepté pour les cas où les derniers sont en conflit avec les impératifs stratégiques de leurasisme dans le domaine global).

    4. Leurasisme et léconomie


    Etant opposé au libéralisme et au marxisme, leurasisme considère le domaine économique comme nétant ni autonome ni déterminant pour le processus socio-politique et étatique. Selon les convictions des eurasistes, les activités économiques sont seulement fonction des diverses réalités culturelles, sociales, politiques, psychologiques et historiques. Nous pouvons exprimer la relation eurasiste avec léconomie en ré-exprimant la vérité de lEvangile : non pas lhomme pour léconomie, mais léconomie pour lhomme . Une telle relation à léconomie peut être qualifiée de qualitative : laccent nest pas mis sur les indicateurs formels de la croissance économique, mais on utilise un spectre des indicateurs significativement plus large, dans lequel la force économique est considérée non pas isolément mais à lintérieur dun complexe incluant dautres forces, ayant principalement un caractère social. Certains économistes (en particulier Joseph Schumpeter) ont déjà tenté dintroduire des paramètres qualitatifs dans léconomie, séparant le critère de la croissance économique de ceux du développement économique. Leurasisme pose le problème dans une perspective encore plus large : ce qui compte nest pas seulement le développement économique, mais le développement économique combiné avec le développement social.

    Lapproche eurasiste de léconomie peut être exprimée selon un schéma simplifié, de cette manière : régulation par lEtat des branches stratégiques (complexe militaro-industriel, monopoles naturels et similaires) et liberté économique maximale pour le moyen et petit commerce.

    Le principal élément de lapproche eurasiste de léconomie est lidée de la résolution dun nombre significatif de problèmes nationaux-économiques russes à lintérieur du cadre du projet de politique étrangère eurasiste. Certains sujets géopolitiques vitalement intéressés à la multipolarité du monde en premier lieu, lUnion Européenne et le Japon ont un énorme potentiel financier et technologique, dont lengagement peut radicalement changer le climat économique russe. Au stade actuel il est malheureusement nécessaire de reconnaître quil ny a pas de ressources suffisantes en Russie pour une autarcie (même relative). Par conséquent les investissements et dautres formes dinteraction avec les régions économiques avancées sont vitalement nécessaires pour nous. Cette interaction doit être initialement déterminée selon la logique dun plus grand volume, plutôt que sur des relations économiques restreintes investissements, crédits, import-export, fournitures dénergie, etc. Tout cela doit être intégré dans le contexte plus large des programmes stratégiques communs tels que la coopération dans certains domaines ou la création de systèmes eurasiens de transport et dinformation.

    En un certain sens, la Russie doit transférer le fardeau de la renaissance de son potentiel économique à ses partenaires du club des supporters de la multipolarité , utilisant activement dans ce but la possibilité doffrir des projets de transport en commun (la ligne trans-eurasienne ) extrêmement opportuns ou des ressources en énergie vitales pour lEurope et le Japon.

    Un important problème est aussi le retour des capitaux en Russie. Leurasisme crée de très sérieux motifs pour ce retour. La Russie troublée de la période des réformes libérales (commencées dans les années 90), complètement tournée vers lOccident, se regardant elle-même avec dégoût, immergée dans la psychose de la privatisation et de la corruption, et la Russie eurasiste, patriotique, tournée vers lEtat, du début du 21ème siècle, sont des réalités politiques diamétralement opposées. Les capitaux fuyaient une Russie faible et en voie deffondrement. Dans une Russie mise sur la voie de la force et du rétablissement, les capitaux devraient revenir.

    Dans les pays occidentaux, la plupart des capitaux évadés de Russie ne peuvent ni être sauvés ni accrus. Au début des années 90, lOccident regardait avec satisfaction la fuite des capitaux russes (principalement dorigine criminelle), considérant selon la logique de la guerre froide que laffaiblissement de la Russie post-communiste jouerait en faveur des pays de lOTAN. Maintenant la situation a radicalement changé, et dans les conditions actuelles, des problèmes très sérieux arriveront (cest déjà le cas, en fait) aux possesseurs de capitaux illégaux en Occident.

    La logique eurasiste signifie la création des conditions les plus favorables pour le retour de ces capitaux en Russie, qui par lui-même donnera une sérieuse impulsion au développement de léconomie. Contrairement à certains dogmes abstraits purement libéraux, les capitaux reviennent plus vite dans un Etat ayant une autorité forte et responsable et des points dorientation stratégique précis, que dans un pays incontrôlable, chaotique et instable.


    5. La voie eurasienne
    Leurasisme est le modèle répondant le plus précisément aux intérêts stratégiques de la Russie moderne. Il donne les réponses aux questions les plus difficiles, offre une sortie aux situations les plus emmêlées. Leurasisme combine louverture et laptitude au dialogue avec la fidélité aux racines historiques et laffirmation conséquente des intérêts nationaux. Leurasisme offre un équilibre raisonnable entre lidée nationale russe et les droits des nombreux peuples habitant la Russie et plus largement lEurasie.

    Certains aspects précis de leurasisme sont déjà utilisés par les nouvelles autorités russes orientées vers une solution créative des difficiles problèmes historiques auxquels la Russie doit faire face dans le nouveau siècle. Et chaque fois que cela se produit, lefficacité, la logique, les résultats stratégiques sérieux, parlent deux-mêmes. Le processus dintégration dans la CEI, la création de la Communauté Economique Eurasienne, les premiers pas de la nouvelle politique étrangère de la Fédération Russe concernant lEurope, le Japon, lIran et les pays du Proche-Orient, la création dun système de districts fédéraux, le renforcement de la ligne verticale du pouvoir, laffaiblissement des clans oligarchiques, la politique du patriotisme et du sens de lEtat, laccroissement du sens de la responsabilité dans le monde des médias tous ces points sont des éléments importants et essentiels de leurasisme. Pour le temps présent, ces éléments sont mélangés avec les tendances inertielles des deux autres modèles (libéral-démocrate et soviétique). Et pourtant il est parfaitement clair que leurasisme monte fermement vers son zénith, alors que les deux autres modèles mènent seulement un combat darrière-garde.

    Accroître le rôle de leurasisme dans le politique russe est un processus évolutif et graduel. Mais le temps est déjà venu de faire une étude plus attentive et plus responsable de cette théorie et philosophie réellement universelle, dont la transformation en pratique politique et en vision-du-monde se fait sous nos yeux.

    Alexandre Dugin, Ph. D.
    Dirigeant du Mouvement Politique Social Pan-russe Eurasia .
    Juin 2001.


    : - , Russia.ru


    : , Georgia Times


    - -. , russia.ru


    . " ",


    . Russia.Ru


    : . GeorgiaTimes.TV


    . "-"


    vs.: .


    : . Russia.Ru


    4 : . " 24"

    :
    -
    ()

    (-)

    (-)

    ()
    -
    (-)

    ( )

    ()

    ( )

    ()

    ()
    ...



    5