Добро Пожаловать Международное Евразийское Движение
Поиск 
 
                             

15 декабря, пятница Новости Регионы Евразийский Союз Молодёжи Евразия-ТВ Евразийское обозрение Арктогея  

Разделы
Евразийское Обозрени
СМИ о евразийстве
Новости
FAQ
Материалы
Выступления Дугина
Интервью Дугина
Статьи Дугина
Коммюнике
Хроника евразийства
Тексты
Пресс-конференции
Евразийский документ
Геополитика террора
Русский Собор
Евразийская классика
Регионы
Аналитика
Ислам
США против Ирака
Евразийская поэзия
Выборы и конфессии
Экономический Клуб
Интервью Коровина
Статьи Коровина
Выступления Коровина
Евразийство

· Программа
· Структура
· Устав
· Руководящие органы
· Банковские реквизиты
· Eurasian Movement (English)


·Евразийская теория в картах


Книга А.Г.Дугина "Проект "Евразия" - доктринальные материалы современного евразийства


Новая книга А.Г.Дугин "Евразийская миссия Нурсултана Назарбаева"

· Евразийский Взгляд >>
· Евразийский Путь >>
· Краткий курс >>
· Евразийская классика >>
· Евразийская поэзия >>
· Евразийское видео >>
· Евразийские представительства >>
· Евразийский Гимн (М.Шостакович) | mp3
· П.Савицкий
Идеолог Великой Евразии

(музыкально-философская программа в mp3, дл. 1 час)
Кратчайший курс
Цели «Евразийского Движения»:
- спасти Россию-Евразию как полноценный геополитический субъект
- предотвратить исчезновение России-Евразии с исторической сцены под давлением внутренних и внешних угроз

--
Тематические проекты
Иранский цейтнот [Против однополярной диктатуры США]
Приднестровский рубеж [Хроника сопротивления]
Турция на евразийском вираже [Ось Москва-Анкара]
Украинский разлом [Хроника распада]
Беларусь евразийская [Евразийство в Беларуси]
Русские евразий- цы в Казахстане [Евразийский союз]
Великая война континентов на Кавказе [Хроника конфликтов]
США против Ирака [и всего остального мира]
Исламская угроза или угроза Исламу? [Ислам]
РПЦ в пространстве Евразии [Русский Народный Собор]
Лидер международного Евразийского Движения
· Биография А.Г.Дугина >>
· Статьи >>
· Речи >>
· Интервью >>
· Книги >>
Наши координаты
Администрация Международного "Евразийского Движения"
Россия, 125375, Москва, Тверская улица, дом 7, подъезд 4, офис 605, (м. Охотный ряд)
Телефон:
+7(495) 926-68-11
Здесь же в штаб-квартире МЕД можно приобрести все книги Дугина, литературу по геополитике, традиционализму, евразийству, CD, DVD, VHS с передачами, фильмами, "Вехами" и всевозможную евразийскую атрибутику.
E-mail:
  • Админстрация международного "Евразийского Движения"
    Пресс-служба:
    +7(495) 926-68-11
  • Пресс-центр международного "Евразийского Движения"
  • А.Дугин (персонально)
  • Администратор сайта


    [схема проезда]

  • Заказ книг и дисков.
    По почте: 117216, а/я 9, Мелентьеву С.В.

    Информационная рассылка международного "Евразийского Движения"

  • Ссылки



    Евразийский союз молодёжи width=

    Русская вещь width=

    Евразия-ТВ width=
    Счётчики
    Rambler's Top100



    ..

    Пресс-центр
    · evrazia - lj-community
    · Пресс-конференции
    · Пресс-центр МЕД
    · Фотогалереи
    · Коммюнике
    · Аналитика
    · Форум
    Евразийский экономический клуб

    Стратегический альянс
    (VIII заседание ЕЭК)
    Симметричная сетевая стратегия
    (Сергей Кривошеев)
    Изоляционизм неизбежен
    (Алексей Жафяров)
    Экономический вектор терроризма
    (Ильдар Абдулазаде)

    Все материалы клуба

    Яндекс.Метрика Рейтинг@Mail.ru
    La Russie et les mutants libéraux | 16.03.2015 Напечатать текущую страницу

    La Russie et les mutants libéraux

    Cet article de Valerii Korovine, a été publié le 30 janvier 2015 dans le journal Vzgliad. Voici un texte dense, difficile, dur, dans lequel le ciment de l’ironie unit politique et philosophie. Il s’agit aussi d’un cri qu’habitent intelligence, rage et désespoir. Comme souvent dans la meilleure tradition publiciste russe.

    Nous vivons dans une société dans laquelle l’idéologie n’est pas unique. Comme ne l’est pas non plus l’idée de l’existence de l’État lui-même. Malheureusement, nous sommes obligés de nous accommoder de cela. Néanmoins, il est nécessaire d’identifier certains principes sous-jacents à cette situation, afin de pouvoir en discerner l’issue. L’absence d’idéologie n’est pas un hasard. La raison en réside, en premier lieu, en ce que nous sous-estimons le rôle des libéraux dans notre société. Or ce rôle est monstrueux et total. Nous n’atteindrons jamais l’idéologie commune à notre grand espace, fondée sur notre histoire millénaire et nos archétypes profonds tant que nous n’aurons pas balayé les libéraux de tous les endroits où ils se trouvent.

    N’oublions pas que le libéralisme n’est pas un assemblage de dispositions fortuites. Il est encore moins identique au concept de liberté que ses adeptes crédules avancent en qualité d’argument tout superficiel.

    Le libéralisme est un concept dur, développé jusqu’à la perfection à l’époque moderne, disposé à nier intégralement et à éradiquer totalement toute dimension, tout élément immatériel, transcendantal ou métaphysique de l’existence humaine.

    Le libéralisme envisage l’être humain du point de vue strictement biologique, en tant que corps, enveloppe mue exclusivement par les instincts animaux, les réflexes, la concupiscence, l’avidité.

    Dans ce sens, les libéraux de l’époque moderne ont causé à notre État une perte colossale, à travers le principe éliminant Dieu des valeurs qui ont présidé à notre orientation au cours des siècles qui ont précédé cette époque moderne, nous dépouillant de la triade "Dieu, homme, nature" et nous abandonnant en guise de fondement d’orientation, une paire sujet-objet : "homme-nature". Friedrich Nietzsche a écrit à ce sujet : "Dieu est mort… Nous l’avons tué, vous et moi". La constatation de la fin de la tradition et du triomphe de l’homme-sujet sur la nature-objet devint l’orthodoxie du libéralisme, affirmant qu’enfin l’homme serait débarrassé de toutes les chimères et séquelles du passé, pouvant dès lors asservir la nature et placer sa propre conscience humaine au dessus de tout. A partir de ce moment, "l’homme est la mesure de toute chose", tel que le proclamèrent les dogmes libéraux. Et ils plongèrent alors l’homme dans le sang des guerres et des catastrophes.

    Le XXe siècle est devenu le témoignage de ce que la conscience humaine n’est pas aussi idéale que ce que se l’imaginaient les libéraux, et la raison n’a pu mener à terme la construction d’une société matérielle harmonieuse idéale. La nature s’est soulevée et a remis à sa place le présomptueux "sujet". Au cœur de la conscience "rationnelle" s’est insinuée la pensée qu’à côté de "l’homme tout puissant" il est clair qu’il existe quelque chose d’encore plus puissant dont la négation induit la souffrance, la mort et le chaos.

    "Le créateur s’est détourné de sa création". C’est ainsi que les sceptiques expliquent le désordre qui règne. La démarche "moderniste" a pris fin dans une défaite intégrale, prouvant ainsi son absolue inconsistance. L’homme, s’étant débarrassé de Dieu, fut incapable de remplir la tâche consistant à construire une société idéale et raisonnable peuplée de gens absolument conscients, confessant leur humanisme et proclamant le triomphe de valeurs communes à l’humanité.

    Ayant appris que Dieu n’existait plus, l’homme s’adonna à la débauche, décidant que dès lors "tout était permis" et il se mit à tout désagréger à une vitesse croissante, décomposant non seulement la société, mais aussi les idéaux des positivistes et des humanistes en même temps que ceux de la "modernité". On peut constater, en périphrasant Nietzsche, que le moderne est mort. Nous l’avons tué, vous et moi. Mais que voyons-nous aujourd’hui? Qu’est-il advenu du libéralisme qui semait activement les postulats du modernisme?

    Nous sommes entrés dans l’époque postmoderne. Et la paire sujet-objet, homme-nature, raison et rationalité, à laquelle nous commencions tant bien que mal à nous habituer, est aujourd’hui mise elle-même en doute. Le postmodernisme n’a qu’ironie et indifférence à l’égard des idéaux du modernisme. "L’homme, dites-vous Qu’est-ce donc?", raille le postmoderniste, substituant à la carcasse biologique, devenue familière, le mutant, le clone, le cyborg.

    L’homme du postmodernisme est un individu. Cela signifie que la raison n’est plus une constante, une chose idéale ou absolue. "Votre raison, nous l’avons vue - ironise encore le postmoderniste - mais vous la perdez sans cesse", et à travers la chape de béton de la rationalité surgit, sans cesse, l’inconscient collectif. En fait, nous nous trouvons dans une société de laquelle a disparu le "sujet" tangible et incontournable. Et cela implique que se sont évanouis aussi les critères d’évaluation qu’il avait produits. Nous ne sommes plus en mesure de déterminer de façon fiable si nous agissons de façon juste ou non car nous mettons en doute toute justesse prédéterminée. Nous ne parvenons plus à nous orienter sur base de quelque principe de base que ce soit. Depuis longtemps, la religion a été abrogée. Le rationnel et la raison elle-même sont mis en doute, démonstration de leur indigence.

    Aujourd’hui, sous nos yeux, se produit le brouillage des derniers repères, des derniers centres de légitimité, sources de consensus. Nous ne savons plus ce qu’est la vérité. Le dernier homme de Friedrich Nietzsche s’en pose de plus en plus souvent la question. Et il est désorienté.

    Mais le postmoderniste n’arrive pas seul. Il amène avec lui une légion de mutants, dont le principal est un libéralisme en transformation. Comme si de rien n’était, il intègre tous les correctifs apportés par le postmodernisme. Et aujourd’hui, c’est au postlibéralisme que nous avons affaire. Il n’y a plus de critères, dites-vous? Très bien. Le monde n’est plus positif, ni rationnel? Bien sûr, parfait. Il vous suffit juste de croire simplement aux postulats du libéralisme.

    De la même façon que vous croyiez en Dieu avant l’ère moderne. Vous souhaitez railler les dogmes du modernisme? Comme vous voulez, mais alors, il faudra railler de même la tradition. Dieu, dites-vous? Très amusant. Le pouvoir, dites-vous, l’État? Laissez-nous rire.

    Se moquer du pouvoir pousse à s’en prendre à la fonction du pouvoir. A partir de maintenant, quoi que fasse le pouvoir, le libéralisme, transformé en postlibéralisme, met cela immédiatement en doute, s’en moque, et l’érode à coups d’innombrables mèmes déstructurants. Pourquoi, en fait, devrait-on rester sérieux à l’égard du pouvoir? Jadis, le pouvoir était issu de Dieu, mais le modernisme a interdit Dieu, et le postmodernisme s’en moque. Jadis, le pouvoir était médiateur, pas toujours amical, mais tout de même interface, entre Dieu et l’homme.

    Avec le modernisme, l’homme cessa d’aspirer à Dieu puisque celui-ci n’était plus. Avec le postmodernisme, vous pouvez aspirer, mais n’oubliez pas que c’est une plaisanterie. Les déclarations du Président et de tout dirigeant politique, et en général tout agissement de l’État sont maintenant tournés en dérision jusque dans leurs fondements mêmes. Cela signifie qu’il n’est plus du tout obligatoire de prendre au sérieux ni le pouvoir ni l’État. Le pouvoir, ce ne sont après tout que des gens. Rien de spécial, rien de sacré, de saint. Juste des gestionnaires moyens. Mais cela, c’était déjà le cas avec le modernisme.

    Avec le postmodernisme, le gestionnaire moyen, par exemple le maire d’une capitale européenne, le sénateur, le diplomate, peut même être gay ou transgenre. Ou mutant? Observez attentivement les gardes du corps du Président des États-Unis. Vous ne remarquez rien? On dirait que ce sont des reptiloïdes. Et le Président lui-même. Aucun doute, c’est un vrai cyborg. Avec des reins électroniques et une dentition artificielle. Et, vous savez, il a été cloné. C’est précisément la raison pour laquelle il parvient à être partout? Non? Mais vous avez tout de même remarqué que d’une photographie à l’autre, ses oreilles diffèrent.

    Si ceci ne vous fait pas rire, cela signifie que vous n’avez pas encore vraiment compris le postmodernisme, vous ne l’avez pas encore ressenti, vous n’avez pas encore compris son pouvoir omniprésent. Mais si vous n’êtes pas encore dans le postmodernisme, où donc vous trouvez-vous? Dans le modernisme, peut-être, encore occupé à tuer Dieu? Non? Ou alors, peut-être êtes-vous dans la tradition, dans l’archaïque, dans le sacré?

    Dans tout ce cauchemar se dissimule pour nous une menace très sérieuse. Car très souvent on a souligné que notre peuple est, depuis son origine, conservateur, appuyés sur des principes de base traditionnalistes, même s’il suit le mouvement vers l’amusement généralisé. Et ceci, d’ailleurs, beaucoup plus lentement que les autres.

    Le peuple est conservateur, les libéraux postmodernistes s’adaptent. Observant la tendance actuelle au patriotisme et au conservatisme, les libéraux, telle une substance exclusivement conjoncturelle, se transforment selon cette même clé. Continuant à insister sur l’intangibilité des principes libéraux, ils se mettent à imiter les patriotes, l’antichrist se faisant toujours passer pour le Messie. Ils s’adaptent au discours patriotique, se glissant à l’intérieur de celui-ci, et s’efforçant bien sûr de le rendre insipide. Ils ne mettent ainsi en doute que leur seule adhésion à lui.

    Dès lors, une des tâches essentielles de ceux qui combattent l’hydre du libéralisme omniprésent consiste à dénoncer ces libéraux mutants installés dans le personnage du patriote conservateur. Il faut les placer ainsi en pleine lumière, les dénoncer, arracher leur masque. Il restera ensuite à les soumettre, sous cette lumière crue, au glaive du châtiment qui nous débarrassera complètement de tous les libéraux.

    Nous n’en sommes pas encore au point de faire ici appel à la notion de "dictature", en tant que terme technique, décrit avec précision par le philosophe et juriste allemand Karl Schmitt. Nous vivons néanmoins dans des circonstances exceptionnelles qui pourraient être les prémisses à l’apparition d’une dictature. Et nous vivons exactement dans les conditions de l’hégémonie libérale postmoderne, telle que l’entend Gramsci.

    Si dès aujourd’hui nous ne commençons pas à balayer les libéraux, si nous ne dénonçons pas leurs manigances, si nous ne cassons pas leurs codes, si nous ne décrivons pas leurs agissements, alors, demain, nous aurons définitivement perdu les derniers critères stables, fussent-ils érodés et brouillés, à l’aide desquels nous sommes encore en mesure de distinguer le bien du mal, le bon du mauvais, le mensonge de la vérité. Ces choses simples qui, au plus elles sont difficiles à acquérir, au plus cher il convient de payer pour conserver le droit d’y avoir recours…

    Tant que les libéraux règneront sur la pensée, concevront et imposeront selon leurs paradigmes, nous n’arriverons à rien, nos modèles idéologiques ne pourront être concrétisés et ils ne pourront déterminer le cours de l’histoire. Cela signifie que nous devrions, comme souvent par le passé, subir une nouvelle défaite.

    "Russie Sujet Géopolitique"

    Телепартия

    Александр Дугин: Постфилософия - новая книга Апокалипсиса, Russia.ru


    Валерий Коровин: Время Саакашвили уходит, Georgia Times


    Кризис - это конец кое-кому. Мнение Александра Дугина, russia.ru


    Как нам обустроить Кавказ. Валерий Коровин в эфире программы "Дело принципа", ТВЦ


    Спасти Запад от Востока. Александр Дугин в эфире Russia.Ru


    Коровин: Собачья преданность не спасет Саакашвили. GeorgiaTimes.TV


    Главной ценностью является русский народ. Александр Дугин в прямом эфире "Вести-Дон"


    Гозман vs.Коровин: США проигрывают России в информационной войне. РСН


    Александр Дугин: Русский проект для Грузии. Russia.Ru


    4 ноября: Правый марш на Чистых прудах. Канал "Россия 24"

    Полный видеоархив

    Реальная страна: региональное евразийское агентство
    Блокада - мантра войны
    (Приднестровье)
    Янтарная комната
    (Санкт-Петербург)
    Юг России как полигон для терроризма
    (Кабардино-Балкария)
    Символика Российской Федерации
    (Россия)
    Кому-то выгодно раскачать Кавказ
    (Кабардино-Балкария)
    Народы Севера
    (Хабаровский край)
    Приднестровский стяг Великой Евразии
    (Приднестровье)
    Суздаль
    (Владимирская область)
    Возвращенная память
    (Бурятия)
    Балалайка
    (Россия)
    ...рекламное

    Виды цветного металлопроката
    Воздушные завесы