15 , -  




FAQ







-




















Eurasian Movement (English)



.. " "" -


.. " "

>>
>>
>>
>>
>>
>>
>>
(.) | mp3
.

(- mp3, . 1 )
:
- -
- -

--
[ ]
[ ]
[ -]
[ ]
[ ]
- [ ]
[ ]
[ ]
? []
[ ]
.. >>
>>
>>
>>
>>
" "
, 125375, , , 7, 4, 605, (. )
:
+7(495) 926-68-11
- , , , , CD, DVD, VHS , , "" .
E-mail:
  • " "
    -:
    +7(495) 926-68-11
  • - " "
  • . ()

  • [ ]

  • .
    : 117216, / 9, ..

    " "




  •    width=

      width=

    - width=
    Rambler's Top100



    ..

    -
    evrazia - lj-community
    -
    -




    (VIII )

    ( )

    ( )

    ( )

    . @Mail.ru
    Textes | Douguine | Entretien | Identite | KM.ru | 12.07.2001 
    Alexandre Douguine

    LE DÉFI POUR LA RUSSIE ET LA RÉCHERCHE POUR LIDENTITÉ

    De l'entretien à KM.ru, Octobre 2001

    Ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas

    Si nous voulons que la Russie prenne une position correcte dans le cours des événements mondiaux, nous devons comprendre ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas, et à lintérieur de quel système de coordonnées nous agissons. Ce nest pas vraiment évident. Notre société reste profondément divisée quant à sa vision du monde. Elle est troublée, perplexe, effrayée et inquiète.

    La société russe se trouve aujourdhui au milieu dun obscur combat entre des identifications opposées, de chaque coté desquelles se tient tel ou tel groupe dinfluence, telle ou telle strate de la population mais parmi lesquelles nexiste ici aucun consensus en terme didéologie, de politique et de vision du monde.

    Je suis un défenseur de la vision eurasiste de lhistoire russe.

    Par conséquent, tout mon système dévaluation de la Russie moscovite, de celle de Pierre I, de celle du joug romano-germanique (tel est le nom quutilisent Trubetskoï et Savitsky pour désigner la période qui suivit celle de Pierre I) est inscrit dans le cadre dévaluation de leurasisme classique. A partir de ce point de départ, je me trouve mieux disposé envers, disons, la période soviétique de lhistoire russe, quenvers la période des Romanov. Je suis convaincu que pour paradoxal que cela puisse sembler au temps du pouvoir bolchevik, laccent était davantage mis sur les éléments nationaux et moscovites, sur les racines et le sol, que pendant la période des Romanov.

    Lélite politique contemporaine a beaucoup en commun avec les penseurs de la période romano-germanique. Elle montre, comme elle le faisait alors, sa haine pour le peuple russe, considéré comme étant sous-développé vis-à-vis des peuples européens vivant dans les autres pays européens. Il nexiste pas de consensus dans la société russe sur la manière dont la Russie doit maintenant se développer. Notre société est déchirée par certains mythes didentification bien précis, et il arrive fréquemment de rencontrer des gens qui utilisent des systèmes opérationnels remplis de contradictions, dans leurs propres analyses.

    La Russie en tant que pays occidental sous-développé
    Le premier modèle est lauto-identification de la Russie comme étant une partie périphérique, quelque peu arriérée, de la civilisation occidentale. Cest la thèse sur la Russie en tant que pays occidental sous-développé . Un secteur de ces pro-occidentaux considère quun tel sous-développement apparaît seulement en relation avec des paramètres technologiques, alors que pour tout le reste la Russie est un pays avec sa personnalité propre, méritant son droit à une existence autonome, auto-suffisante. Cest probablement la vision de la Russie à laquelle saccrochent les patriotes russes cultivés appartenant à la sphère politique, parmi lesquels figure aussi notre président Vladimir Putin. Un autre secteur des pro-occidentaux est convaincu de larriération irrémédiable et fatale de la Russie, de son total sous-développement, de son caractère périphérique et de sa marginalité du point de vue juridique, culturel, intellectuel et idéologique. Une telle position est soutenue, par exemple, par Tchoubaïs, Kokh, Gaïdar, etc., cest-à-dire par les atlantistes russes. Pour les gens qui regardent la Russie comme faisant partie de la civilisation occidentale, le danger réside dans le fait que nous ne serions simplement pas capables à la fois de rattraper lOccident, de nous unir à lEurope, de nous développer technologiquement et moralement, de créer une société civile et de créer nos propres institutions de marché libre (telle est la position des patriotes pro-occidentaux), et de rester nous-mêmes, plongeant dans notre propre originalité, notre régime inimitable, manquant à jamais la rencontre avec lOccident (du point de vue des occidentaux-russophobes , cela est la tragédie actuelle). Entre ces deux catégories d occidentaux il y a à la fois des similarités et des différences. Et pourtant les uns et les autres définissent leurs ennemis en partant de la thèse : la Russie = pays occidental sous-développé . En tant quopposition interne ces ennemis sont identifiés comme étant ceux qui entravent loccidentalisation de la Russie, son atlantisation la coupe des barbes [épisode bien connu du règne de Pierre le Grand, qui avait obligé les boyards les nobles à raser leur barbe pour ressembler aux Européens], lattitude envers le progrès technologique, le libre-échange et la société civile. Pour les occidentaux, sont dangereux tous ceux qui visent, dune manière ou dune autre, à dévier de la voie occidentale de développement, mettant la Russie sur une voie différente, alternative.

    Les partisans de la thèse : la Russie est un pays occidental sous-développé sont nombreux parmi le gouvernement du pays, parmi lintelligentsia urbaine, le milieu des affaires, les médias fédéraux. Ils sont significativement moins nombreux à la Douma, et encore moins nombreux dans le peuple. Plus on séloigne de Moscou, plus leur pourcentage est faible parmi toutes les strates de la société, y compris parmi les autorités et le milieu des affaires quel que soit leur nombre absolu. En termes absolus ils ne sont quune petite minorité parmi les citoyens russes, alors que parmi les élites fédérales, en particulier parmi les autorités exécutives et les médias, ils sont au contraire lécrasante majorité. Cette disproportion très dangereuse et déplaisante est chargée de menaces de sérieuses crises et explosions sociales et politiques.

    La Russie en tant que civilisation originale
    La seconde position est lauto-identification de la Russie en tant que civilisation originale ; par conséquent, ni arriérée ni occidentale , puisquici il ne peut y avoir aucune commune mesure entre la Russie et lOccident. La Russie est un pays qui ne peut pas et ne doit pas se mesurer elle-même à léchelle "de l'ordinaire arshin (F. Tyutchev), car elle possède sa complexion propre . Ceux qui adhèrent (consciemment ou non) à la position eurasiste pour la question de lidentification, ceux-là sont convaincus de lexistence dune histoire et dune société russe propres et particulières, un système de valeurs peut-être pas détecté aussi complètement que prévu intuitivement par les Slavophiles, Danilevsky, Leontiev, qui permet de mesurer la Russie selon une échelle interne, souveraine.

    Dans lopinion des défenseurs de ce genre de modèle didentification auquel jappartiens moi-même la menace principale réside dans le mouvement vers lOccident dans tous les domaines : géopolitique, culture, économie, technologie, pouvoir des médias.

    Même le camp patriotique nest pas uniforme. Il inclut les purs nationalistes, qui sinquiètent seulement des intérêts des Grand-Russiens, des Slaves, avec une bonne dose de xénophobie. Ce sont les nostalgiques du modèle soviétique. Et ce sont les eurasistes. Corrélativement, pour chacun des trois groupes mentionnés, il y a une vision différente de lennemi. Tous les patriotes rejettent la voie occidentale de développement et refusent de considérer la Russie comme un pays occidental sous-développé . Mais si nous allons plus loin, le tableau devient plus complexe et des contradictions internes apparaissent.

    Ainsi, les nationalistes étroits considèrent que à part lOccident la menace vient aussi de ceux qui veulent à leur tour élargir la Russie, élargissant lidentification au-delà des frontières de lethnie russe. Par conséquent, ils sont hostiles à la fois aux eurasistes et aux néo-communistes. Dans les cas extrêmes, ces nationalistes étroits peuvent même aller jusquà des formes de partenariat avec les occidentaux unis à eux par lanti-communisme. Les partisans de la version néo-soviétique de lidée nationaliste considèrent que le mal fondamental est le capitalisme, le libéralisme, le système bourgeois. Par conséquent, ils ajoutent une dimension socio-économique à lorientation anti-occidentale. Leur ennemi N 1 est le capitalisme, alors que pour les nationalistes et les eurasistes laspect économique nest que secondaire.

    Les eurasistes regardent la situation présente depuis leur propre perspective. Leur ennemi principal est la civilisation occidentale. Ils unissent en eux-mêmes toutes les thèses anti-occidentales géopolitiques, vision-du-monde, religieuses, historiques, culturelles, socio-économiques et sont prêts à faire alliance avec tous les patriotes et tous les défenseurs dune politique de puissance [derzhavniki] (de droite ou de gauche) pour le salut de loriginalité russe face à la menace de la globalisation et de latlantisme.

    LOccident est le royaume de lAntéchrist
    Les eurasistes affirment lidentité de la Russie dans sa plus large signification civilisationnelle, où le dénominateur commun se tient au-dessus des différents secteurs ethniques, raciaux, culturels et confessionnels. Tous ensemble, ils constituent la civilisation eurasienne unique de Russie-Eurasie. Le mouvement Eurasia , dont je suis le leader, est porteur de lexpression politique et de la vision-du-monde de cette position.
    Pour nous, les eurasistes, lOccident est le royaume de lAntéchrist, le lieu maudit . Toutes les menaces contre la Russie viennent de lOccident et des représentants des tendances occidentales en Russie. Nous sommes contre la dilution de la Russie dans la civilisation occidentale, contre lorientation vers lOccident, mais à la différence des simples communistes et nationalistes nous comprenons parfaitement que la Russie seule ne peut pas se maintenir face à la globalisation. La Russie ne peut pas être exclusivement renfermée sur elle-même. Dans cette nouvelle phase, nous devons formuler et proposer aux autres peuples un idéal alternatif : quelque chose de différent, qui ne soit ni loccidentalisme ni latlantisme, ni la formule libérale-démocrate de messianisme. Loriginalité et la pluralité russes des régimes a toujours existé. Nous navons jamais été et naurions jamais pu être un pays aussi pleinement occidental que, par exemple, la France. La complexité florissante, propre à une civilisation traditionnelle, à une société de type impérial, a toujours été préservée par nous, même dans les périodes les plus difficiles. En Russie, il na jamais existé de modèle universel pour toutes les ethnies se trouvant à lintérieur de ses frontières, même sous les communistes. Les couches archaïques et la polychromie furent toujours préservées.

    Indubitablement la Russie nest ni irréprochable ni idéale dans son développement historique, on peut trouver de nombreux moments négatifs. Pourtant, même à lépoque du joug romano-germanique , des tentatives détablir partout un modèle de civilisation anti-national en Russie, les traits de la culture russe originelle ont constamment survécu. Assez curieusement, cette position des autorités officielles envers lélément populaire fut beaucoup plus hostile et dure au 18ème siècle quau 19ème. Très peu de gens savent quau 18ème siècle la croix orthodoxe à huit branches, aujourdhui présente dans toutes les églises, était interdite. Elle était considérée comme un symbole de ce quon appelait la foi de Brynsk , comme la nomma un écrivain uveau croyant . Mais au 19ème siècle, la croix à huit branches revint, silencieusement et pas à pas, sans révolution , et avec elle revivent de nombreux autres aspects de lancien mode de vie russe, rejetés à la fin du 18ème siècle et au début du 19ème siècle. Les éléments populaires plus anciens et plus profonds émergèrent progressivement à travers les formes étrangères de lélite occidentalisée des Romanov. Nous devons donc séparer la Patrie idéale , la Russie en tant que Patrie parallèle , davec son incarnation historique concrète, dans laquelle diverses strates se sont superposées lune sur lautre, apparaissant les unes après les autres.

    Atlantisme contre eurasisme
    Aujourdhui notre tâche est seulement de transformer loriginalité russe en un modèle universel de culture, en une alternative au globalisme atlantiste, et aussi en une vision-du-monde complète en elle-même. Et cela est rendu possible par lexistence dun ennemi commun latlantisme, le Nouvel Ordre Mondial, la globalisation américano-centrée exposant ouvertement ses plans, ses intentions, ses objectifs et ses méthodes. Face à lhégémonie absolue des Etats-Unis et des pays qui les ont rejoints, tous les Etats restants deviennent automatiquement un seul bloc. Ils sont exposés à tour de rôle à des frappes aériennes (rappelons-nous les Yougoslaves, les Irakiens, les Afghans, les Libyens, et le temps nest plus très éloigné où ils seront rejoints par les Biélorusses et les Ukrainiens). Peut-être un destin similaire nous attend-il. La guerre a été menée depuis déjà longtemps en Europe, et pas selon le principe musulmans contre chrétiens . Derrière tout cela se tient la géopolitique, lopposition entre latlantisme et leurasisme.

    Jai une expérience des Balkans, où se déroule un massacre contemporain, presque comme au Moyen-Age. En-dehors de toute autre considération, cela signifie que lhumanité, bien que changeant constamment, reste fondamentalement la même ses valeurs les plus importantes et les plus fondamentales sont toujours lethnie et la religion, lamour de la justice et la soif de liberté, la foi en un idéal et la haine de lennemi. Ce qui compte est seulement de définir correctement la ligne de front, les amis et les ennemis pour chaque civilisation, chaque peuple, chaque tradition.

    Je ne crois pas que lopposition entre les Etats-Unis (lOccident) et le wahabisme soit vraiment sérieuse. Nous savons que la dernière rencontre entre Ben Laden et ses sponsors de la CIA a eu lieu en août à Dubaï, où il résidait. On peut maintenant lire cela dans nimporte quel journal anglais. Mais ce sont des détails. En matière de faits, le dénommé islam radical (wahabisme, salafisme) est une force construite et constamment gonflée par les Etats-Unis et dirigée contre lEurasie, contre une alliance eurasiatique potentielle, contre la Russie, lIran, la Chine, lInde, lEurope.

    Notre modèle propose détablir entre ces Etats des liens et des contacts multiformes sur la base dune globalisation alternative. Je ne parle pas dune tentative de construire une sorte didéologie unifiante, part exemple du genre soviétique. Nous proposons une philosophie fondamentale de multi-polarité, où la différence ne réside pas dans la nature de laliénation, mais dans la nature de la consolidation. Cest-à-dire que nous voulons conserver notre unicité (qui signifie la diversité, dans tous les cas) face à lunification, qui signifie la mort de la diversité. Nous voulons cette multiplicité et cette diversité des cultures, des ethnies, des peuples, non pour empêcher mais au contraire pour contribuer à la consolidation des efforts opposés à lennemi commun. Aujourdhui, comme pendant la seconde guerre mondiale, comme pendant dautres affrontements sévères, dune manière difficile et inattendue, une nouvelle coalition se forme néanmoins. Cest une consolidation progressive des pays, des cultures, des religions, des organisations sociales, des mouvements politiques, mécontents de la globalisation unipolaire.

    LEurasisme en tant quanti-globalisme universel
    Il est cependant faux de considérer quaujourdhui un modèle anti-globaliste universel commun existe déjà. Si cela est seulement un début, alors la philosophie eurasiste possède tous les arguments indispensables pour devenir le levain dun tel anti-globalisme universel. De plus, lennemi commun rallie et offre certains fondements civilisationnels de base, géopolitiques et stratégiques, avec lesquels nous pouvons déjà travailler. Et certainement, la géopolitique vient en premier.

    Jai eu affaire à cette discipline depuis quinze ans ; jai publié le manuel Fondements de la géopolitique , montrant que lopposition à la globalisation unipolaire de la part de tous les sujets restants de la politique internationale possède une très sérieuse base conceptuelle, historique et théorique. Dans certaines conditions déterminées, les efforts des différents pays et peuples concernant lopposition à un unique centre de force mondial convergent en une seule tendance. Nous voyons la manière dont les musulmans professant lislam traditionnel et les chrétiens de lEglise orthodoxe se rejoignent dans le combat contre le wahabisme. Ici un élément très important est la ressemblance de la structure de lexpérience religieuse pour des traditions ayant des principes dogmatiques différents.

    Des intérêts communs pourraient se manifester aussi dans le domaine matériel pratique dans le domaine des ressources en énergie, qui sont limitées dans le monde contemporain. Ainsi dans le domaine énergétique il existe de nombreux intérêts communs entre la Russie et lUnion Européenne. Dans ce cas les différences culturelles ne diminuent pas le degré de partenariat stratégique dans les domaines économique et énergétique. Politiquement et philosophiquement, lEurope peut difficilement assimiler leurasisme, et les fondateurs de ce courant ont rencontré une réception assez fraîche de la part de la culture romano-germanique. Néanmoins certaines convergences de base pourraient apparaître dans les politiques rejetant le libéralisme radical (qui caractérise à la fois les socio-démocrates et les républicains européens de droite du genre gaulliste/ adenauérien), et aussi dans leurasisme économique ou énergétique dans le domaine des préoccupations purement matérielles.

    Après les événements de septembre et le début de lopération militaire alliée en Afghanistan, nous sommes face à la menace dêtre impliqués dans un conflit sur notre territoire. Les attaques contre les Etats-Unis ont eu des répercussions sévères sur lEurasie.

    Nous avons encore aujourdhui des chances de conclure des alliances géopolitiques avec diverses puissances dans diverses conditions. Avec lIran nous nous rapprochons par nos préoccupations régionales en Asie Centrale et par une stratégie commune en politique et en économie. Avec lInde la même chose est vraie, dans ce cas pour lAsie de lEst. Avec le Japon par léconomie et les questions liées aux ressources en Extrême-Orient, et par les frictions communes avec la Chine. En Europe, la Russie se sent proche de la social-démocratie ou du gaullisme français, et plus généralement des partisans de lintégration européenne, transformant lUnion Européenne en une force pas seulement économique, mais aussi politique. Dans une perspective à court terme, même la Chine peut être considérée comme un allié tactique pour la Russie ; mais à long terme la Chine apparaît incapable dassumer un rôle eurasiste sérieux, sans parler dun rôle mondial. Voyez-vous, à lintérieur de la Chine, loin de la région côtière développée, vit une énorme masse de pauvres gens malheureux, qui pour survivre grattent avec des bâtons dans des marais à la recherche doiseaux morts. Que peut obtenir la Russie de la part de la Chine, à part une masse affamée ? et de plus sa propre culture est une puissante pratique millénaire dassimilation raciale des étrangers. Nous avons un degré de complémentarité géopolitique assez faible avec les Chinois. Par conséquent je suppose quune relation excessivement étroite avec la Chine peut même être dangereuse pour nous.

    Mais, indubitablement, le danger principal contre lequel il est possible de se solidariser, même avec les Chinois est lOccident dirigé par les Etats-Unis. Si nous regardons ce qui se passe dans le monde, aux Etats-Unis, derrière le rideau dune façade démocratique, nous verrons clairement un mécanisme en action, qui se dirige vers sa fin, avec une force infernale, indépendamment de tout. Cela contraste fortement avec les rues de New York, où une foule disparate se promène apparemment au hasard. Voilà les vrais Etats-Unis, lEmpire atlantiste du Mal, la Carthage mondiale, notre véritable adversaire, au lieu de cette Amérique protestante fondamentaliste, ou encore, de cette Amérique grossière de MTV, que nous connaissons de lextérieur.

    Le destin manifeste et lélite américaine
    Il existe un certain module, imprégnant toute la société américaine. Un certain paradigme, selon lequel toutes les décisions sont prises à lintérieur des structures de pouvoir. Cest le pacte atlantiste , ce quils appellent le destin manifeste . Cest un certain code de la puissance maritime , lorigine secrète du Léviathan, le monstre maritime qui mène à travers les siècles et les civilisations linterminable guerre des continents contre le monstre terrestre, contre Béhémoth. Il existe une étrange et même mystérieuse consistance et continuité déterminée de la politique étrangère des Etats-Unis, qui nest pas non plus entravée par lhétérogénéité, la différenciation interne de la société américaine, si nous regardons les frictions entre les partis et les politiciens. Seule la façade change, le code maritime fondateur reste constant. Lenveloppe avec le message scellé du Léviathan est prête pour toutes les occasions. Dans les moments critiques de tels messages sont ressortis, et ce quil faut faire apparaît clairement. Ce pacte du Léviathan a aussi ses propres messagers explicites ce sont les géopoliticiens américains, qui comprennent très clairement la logique de ce code et le transmettent à travers un système de fondations et dorganisations particulières comme le CFR (Council on Foreign Relations, Conseil en Relations Etrangères), dans lequel un rôle majeur est joué par Zbigniew Brzeszinski.

    La Russie-Eurasie aussi possède un code similaire le code de Béhémoth , le paradigme de la civilisation continentale . Nous aussi avons un destin manifeste , mais il est considérablement différent du destin de lOccident. Les constantes civilisationnelles découlent explicitement de la compréhension de lhistoire russe et à travers toutes ses phases. Mais limpression demeure que cela arrive spontanément, inconsciemment, alors quau niveau subjectif les élites séchappent souvent de ce cadre, se sentant comme possédées par un dessein extrême, et quittent (ou sen laissent écarter) la voie eurasiste principale.

    Ainsi notre société russe semble souvent solide vue de lextérieur, alors que les élites agissent en fait chaotiquement et séparément. Aux Etats-Unis, au contraire, la société apparaît extérieurement éclatée, mais les élites agissent solidairement et rigoureusement. En général, le type de la vraie élite américaine les WASP ou même les nouveaux types de lélite afro-américaine (tels que Condoleeza Rice) possède de nombreux traits du totalitarisme dur. Dans certains secteurs précis, la société libérale se rapproche dangereusement du fascisme. Alors que ayant fait lexpérience de lautoritarisme la société eurasiatique garde en elle-même un large degré de liberté.

    Atlantistes and globalistes
    Je place devant moi un spectre du fondamentalisme américain du genre Protestant. Dune part, ils peuvent être nos alliés, car ils considèrent que lexpansion excessive, les frontières planétaires du monde sous contrôle américain, causent un dommage à la puissance américaine. Si leur projet isolationniste était réalisé, nous aurions lAmérique de Woodrow Wilson, une Amérique qui serait revenue à la doctrine Monroe. Cela serait si positif pour nous que dans ce contexte donné nous pourrions considérer les Etats-Unis comme nos alliés. Mais hélas, linfluence de ces forces ne dépasse pas celle de laile dextrême-droite du Parti Républicain et des milices désordonnées. De plus, la base religieuse-culturelle de ce secteur est si différente de toutes les formes deurasisme, que dans ce cas on ne peut pas parler daffinité métaphysique ou de ressemblance de code culturel . Et les mêmes fondamentalistes- distributeurs considèrent lEurasie comme le royaume de lAntéchrist , comme le pays de Gog . Ronald Reagan leur emprunta le slogan expressif sur lURSS, lempire du mal . En dautres mots, ici nous pouvons seulement parler de la convergence pragmatique des positions géopolitiques.

    Les Républicains normaux, même en sopposant à leur aile extrémiste, ne remettent pas en cause la nécessité de la suprématie de lAmérique dans le monde. En cela ils ne diffèrent pas des Démocrates. Tous deux ont des objectifs généraux, un idéal planétaire uniforme : un modèle démocratique de marché libre sous légide des Etats-Unis, représentant lextension du modèle socio-politique et économique américain à la planète entière un mélange général des peuples, des cultures, des religions, des races. Le débat entre purs globalistes (les Démocrates) et purs Atlantistes (les Républicains) porte seulement sur létendue, les formes et les formules du contrôle mondial par les Etats-Unis. Les globalistes maintiennent quun droit précis à la parole doit être garanti aussi aux autres pays à coté de lAmérique. Les atlantistes maintiennent que seuls les Américains doivent entrer dans le gouvernement mondial et que ce leadership doit être solidement fondé sur lusage direct de la force contre les rebelles, de la part des Etats-Unis et de leurs partenaires de lOTAN. Cependant, même les Démocrates ne contestent pas cela.

    Le germe de la guerre civile
    Je suis parti du fait que dans notre société existe une tendance assez puissante, concevant la Russie comme un pays occidental sous-développé . Il y a aussi tous ceux qui ne pensent pas ainsi. Plus important, dans la société russe nexiste pas de consensus concernant lauto-identification de la Russie. Et de cela résulte logiquement une hésitation concernant la nature de la menace principale, la direction dont elle viendra, et comment réagir en conséquence. Nous pouvons probablement dire que le principal défi à lintégrité et à lidentité de notre pays est présent aujourdhui dans la société comme un germe, le germe de la guerre civile.

    Notre idée eurasiste consiste à opposer au globalisme planétaire unipolaire sous légide des Etats-Unis, un modèle alternatif de globalisation multipolaire ou globalisation régionale. La présence dun ennemi commun unit les participants les plus divers de ce projet alternatif, lui donnant certains fondements géopolitiques, stratégiques, basiques, civilisationnels précis, avec lesquels nous pouvons déjà travailler.

    Leurasisme propose son projet intégrationniste également à lintérieur de notre pays. Cest peut-être la seule voie pour vraiment intégrer les différentes forces sociales de la Russie autour de la forme dIdée Nationale la plus générale et la plus raisonnable. Leurasisme est le garant de la sécurité de notre société à la fois dans un sens stratégique, civilisationnel et politique.



    Notes

    Arshin: ancienne mesure de longueur correspondant à 0,71 m.

    Foi de Brynsk est le nom péjoratif dont les partisans du Vieux Rituel (starodbriyadtsy) étaient affublés par certains des Nouveaux Croyants (schisme russe du XVIIè siècle).
    Le livre auquel lauteur se réfère probablement est Des preuves de la Foi schismatique de Brynsk . Dans la forêt de Brynsk, dans le district de Bryansk près de Smolensk, un monastère a existé depuis 1535.

    et traduit par M. Conserva.


    : - , Russia.ru


    : , Georgia Times


    - -. , russia.ru


    . " ",


    . Russia.Ru


    : . GeorgiaTimes.TV


    . "-"


    vs.: .


    : . Russia.Ru


    4 : . " 24"

    :
    -
    ()

    (-)

    (-)

    ()
    -
    (-)

    ( )

    ()

    ( )

    ()

    ()
    ...